AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 you've got a friend in me (laya)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bethany Rhodes
avatar
butterflies : 172
since here : 28/01/2018

[GIVE ME A MEMORY]
contact book:
availability: close (0/3) — laya, logan, elio (tc).
MessageSujet: you've got a friend in me (laya)   Mar 30 Jan - 0:52

you can count on me like one two three, i'll be there
Laya & Bethany


Elle avait repassé sa veste à la perfection, encore et encore, jusqu'à être certaine qu'aucun faux pli ne viendrait l'embarrasser lors de son rendez-vous. C'en était presque trop pour un rendez-vous d'affaires mais étant donné que c'était le premier en solo, Beth tenait à ce que tout soit parfait. Comme pour un premier rencart. N'importe quoi, se sermonna-t-elle intérieurement. Ridicule. Loin d'être de nature angoissée ou stressée, force était de constater qu'une certaine appréhension tenaillait le ventre de Bethany. Maître Rhodes. Première affaire en solo. Un large sourire éclaira son visage tandis que l'excitation s'emparait d'elle, remplaçant le stress passager qu'elle avait ressenti. En claquant la porte de l'appartement, une bouffée de fierté submergea Beth qui s'engagea dans l'escalier d'un pas guilleret.

Les mails étaient restés cordiaux, avec des formules de politesse qui ne laissaient rien paraître de la personnalité de son interlocutrice. Beth savait uniquement qu'il s'agissait d'une femme, Madame Fairchild, qui avait organisé le mariage de son client et de sa future ex-femme. Le fameux client n'avait pas hésité une seconde à lui donner son nom, persuadé qu'elle pourrait lui donner gain de cause dans la bataille qui déchirait son couple. Avant d'entrer dans le café de centre ville où était fixé le rendez-vous, elle replongea un instant dans le dossier de son client. Un mariage express qui n'avait duré que huit mois. Elle revendiquait une somme colossale à son cher et tendre qui avait fait appel au cabinet de Beth pour le représenter. Pour une première affaire, il fallait reconnaître que l'enjeu était de taille. Cet homme pouvait se retrouver ruiné si Bethany ne parvenait pas à remporter les négociations. La pression se fit de nouveau sentir tandis que la jeune avocate refermait le dossier avant de le glisser sous son bras.

Un œil à sa montre, 15:59, elle était pile à l'heure. La sonnerie retentit lorsqu'elle franchit la porte du petit commerce et l'odeur agréable du café fraîchement moulu lui chatouilla les narines. Sans se laisser déconcentrer une seconde de plus, Beth embrassa la pièce du regard pour tenter de trouver son interlocutrice. Un monsieur d'un certain âge feuilletant le journal. Un jeune homme, à peine sortit de l'adolescence, un casque sur les oreilles. Et une jeune femme brune, à peu près du même âge que Beth, qui semblait guetter les allers et venues dans le café. Lorsque l'avocate croisa son regard, et qu'un sourire fut échangé, elle y vit un signe et se dirigea droit vers la table où elle était installée. — Bonjour, madame Fairchild ? Je suis Beth Rhodes. et d'un geste chaleureux, la rousse tendit la main. Fallait-il qu'elle rappelle qu'elle représentait l'époux ? Fallait-il qu'elle donne quelques détails sur la situation du couple ? Pas d'importance.

Beth s'installa sur la chaise d'en face avant de commander un café allongé. Aussitôt, elle ouvrit le dossier, retrouvant son aisance d'avocate, son assurance de femme de loi. — Je vous remercie d'avoir accepté de me voir, malgré ces circonstances... eh bien, un peu bizarres. Beth afficha son sourire colgate, comme elle l'appelait elle-même : véritable arme de séduction massive pour les membres de la gente masculine et plutôt avantageuse également dans le milieu professionnel. Pourtant, quelque chose lui disait qu'elle n'en aurait pas vraiment besoin face à l'organisatrice de mariages au regard bienveillant.

_________________
i love the adrenaline in my veins, i do whatever it takes cause i love how it feels when i break the chains. — (imagine dragons)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laya Fairchild
avatar
butterflies : 262
since here : 27/01/2018

[GIVE ME A MEMORY]
contact book:
availability: mila, bethany, patch, ez, bloom.
MessageSujet: Re: you've got a friend in me (laya)   Jeu 1 Fév - 0:08


If forever exists, I would like to meet you there.
Échec. Cinq petites lettres. Sonorité maudite. Car dans le cas échéant, l'échec était terriblement cuisant pour la jeune femme. Lorsqu'une dénommée maître Rhodes l'avait contacté quelques semaines plus tôt, Laya avait senti son palpitant se pincer derechef. Comme en parfaite cohésion avec le sentiment de honte qui avait submergé la gamine allergique au recalage. Où avait-elle merdé ? Première question qui avait trotté dans sa tête. Plutôt que de se sentir désolée pour ce mariage avorté, sûrement en dépit d'un amour chaotique. Non, au lieu de cela, la brune s'apitoyait sur son plantage hors normes. À tel point, qu’elle avait été d’une humeur massacrante durant un certain temps. Faut dire qu'elle rageait de voir tout un travail colossal réduit aujourd'hui à de simples miettes. Des mois de travail acharné, réduit en cendres par la simple volonté d'un duo capricieux. La pythie n'avait guère de pitié pour ces gens-là. Pour celle qui ne croyait nullement en l'amour, ou que très peu, il était alors rare que la pitié se mêle à ses pensées dans ce genre de situation. Monstre de sentiments, au coeur nécrosée et aux volontés particulièrement éphémères.

Quoi qu'il en soit, la fameuse rencontre avec l’avocate devait se passer aujourd’hui. Dès lors, une certaine hâte, entremêlée de peur, s’intronise dans le corps frêle de la gamine. L’envie de se débarrasser de cette affaire était irrépressible, presque nécessaire. Toutefois, l’appréhension subsiste à la manière d’une entité spectrale malveillante. L'étau se referme sur la jeune femme à mesure que le temps s'égraine dans le sablier implacable de la vie. Ô vie si fugitive, tout comme l'assurance de la môme qui se désagrège de seconde en seconde. Étonnant venant de la part de l'enfant tempête, qui ne cesse de semer agacement et perplexité dans son sillage. À croire que même l'impétueuse Laya possède un talon d'Achille. Bien malgré elle.

C'est ce frétillement d'impatience qui a sûrement poussé la jeune femme à se présenter sur le lieu du rendez-vous, bien plutôt que l'horaire initialement annoncée. De précieuses minutes qui lui servent à feuilleter distraitement le fameux dossier et commander deux tasses de caféine. Drogue douce-amère qui lui permet d'aiguiser son sens d'analyse et d'anesthésier la tatillonne angoisse qui gronde au creux de son ventre. Mais le gong sonne, il le doit bien, un jour. Et c'est à une splendide rouquine que la rétine de la Fairchild s'aimante avec une bienveillance presque illusoire. Aussitôt, une moue se plante sur son minois, tandis que l'interlocutrice se présente et se charge de décliner l'identité de l'Américaine. — Enchantée mademoiselle Rhodes, je suis ravie que nos chemins se croisent enfin, rétorque-t-elle en serrant la main que lui présente l'avocate. Et comme par magie, la tension qui l'habitait auparavant semble la quitter à la manière d'un ballon qui se dégonfle. Peut-être est-ce dû à la remarque de la rousse au sujet de ces fameuses circonstances inhabituelles pour la wedding planner ? Probablement, mais Laya ne saurait mettre le doigt dessus. — Je vous en prie, plus vite l'affaire sera réglée et mieux je me porterais. Croyez-moi. Un petit rire tinte au creux de sa gorge et s'ajoute à l'atmosphère détendue qui s'installe naturellement entre elles. — Dites moi plutôt en quoi mes informations peuvent vous aider. Et voici toutes les pièces de mes dossiers concernant vos clients. Elle est impatiente Laya, elle trépigne et gesticule sur sa chaise à la manière d'un enfant capricieux. Si bien que ses doigts ébranlent le dossier un peu trop précipitamment afin de l'ouvrir. Ce à quoi elle marmonne une excuse hâtive, ce qui ne l'empêche nullement d'étaler les feuilles devant son vis-à-vis. Méticuleusement, mais abruptement.

_________________
(she carries the ashes of angels in her mouth. she tries to speak but hell comes rushing out.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bethany Rhodes
avatar
butterflies : 172
since here : 28/01/2018

[GIVE ME A MEMORY]
contact book:
availability: close (0/3) — laya, logan, elio (tc).
MessageSujet: Re: you've got a friend in me (laya)   Dim 4 Fév - 13:59

you can count on me like one two three, i'll be there
Laya & Bethany


Un soupir essoufflé s'échappa de la bouche de Beth au moment où elle posa le dossier sur la table, comme si elle s'était pressée pour arriver à l'heure. Ou bien peut-être était-ce une légère appréhension ? Une première affaire à gérer, cette rencontre avec l'organisatrice de mariage qu'elle s'était imaginée plusieurs fois, envisageant plusieurs conversations qui influenceraient la trajectoire du divorce, en bref, tout un tas de facteurs qui auraient pu provoquer chez elle une pointe d'angoisse. Dans la précipitation, Beth n'avait même pas pris le temps d'observer avec attention son interlocutrice, trop occupée à s'installer au mieux pour être à l'aise. En levant la tête de son dossier, l'avocate ne put que se détendre. Mademoiselle Fairchild devait avoir son âge et semblait aussi peu à l'aise. C'est la serveuse revenant avec le café et les témoignages, les comptes rendus qu'elle venait de libérer de leur pochette qui ramenèrent Beth sur terre.

Elle trempa ses lèvres dans la tasse. La question était pertinente : pourquoi avoir fait appel à la wedding planner du couple ? Dans la tête de Beth, tout était limpide, il lui fallait des preuves afin de montrer que son client avait investi beaucoup d'argent dans ce mariage, sans que sa moitié n'en fasse autant. La procédure était mouvementée, forçant la jeune avocate à mener l'enquête sur le moindre mot de chacun afin d'arriver à trouver une faille. Bien que cela n'ait pas d'importance dans son métier, Bethany avait pourtant eu la sensation que son client était le plus honnête des deux, qu'il refusait de devenir un pigeon, de perdre son argent et son honneur en même temps que cette séparation. Mais l'espace d'un instant, les yeux posés sur miss Fairchild, Beth se demanda si elle pouvait lui confier tout les détails. Elle fronça les sourcils, ajouta un sucre à son café avant de finalement répondre. — Comme je vous l'ai dit par mail, monsieur et madame X divorcent. Je représente monsieur dans cette affaire et j'ai besoin d'en savoir plus sur les investissements financiers de chacun. Il apparut inutile de préciser que madame se vantait d'avoir payé l'intégralité de la cérémonie tandis que monsieur affirmait le contraire.

Les documents étalés sur la table ne laissait planer aucun doute sur la nature de leur entrevue, pourtant, Beth ne put s'empêcher d'éprouver une certaine amabilité envers la brunette. Elles étaient très professionnelles toutes les deux, visiblement attachées à bien faire les choses. Mademoiselle Fairchild pour unir les gens, Rhodes pour les séparer. A cette pensée, Bethany ne put réprimer un sourire, la situation avait quelque chose de comique. Reprenant son sérieux, redevenant l'avocate, Beth feuilleta ses propres documents, tout en avalant une gorgée de café. — J'aurais besoin de plusieurs informations concernant ce mariage. Auriez-vous le détail des dépenses engagées pour la cérémonie ? En un instant, maître Rhodes avait repris le dessus sur Beth, la déjantée, et de son regard avisé, elle survolait le moindre détail des papiers sous ses yeux. Certes, il lui fallait des informations d'ordre financier, pour autant, peut-être allait-elle trouver une autre faille, d'une tout autre nature. Beth se sentit obligée d'ajouter : — J'aimerais établir quel a été l'apport financier des deux parties. Elle marqua une pause. — Pour savoir si l'un des deux a plus investi que l'autre. Nouvelle pause. — Car tous deux affirment avoir payé la majorité des frais du mariage. Lorsqu'elle s'arrêta enfin, Beth fronça à nouveau les sourcils, son visage dessinant une moue qui pouvait vouloir dire "j'ai l'air d'une idiote".

_________________
i love the adrenaline in my veins, i do whatever it takes cause i love how it feels when i break the chains. — (imagine dragons)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: you've got a friend in me (laya)   

Revenir en haut Aller en bas
 

you've got a friend in me (laya)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AUTUMN TIME :: about time-