AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 [hockey rink/gus] musketeers evening

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joan Sindhea
avatar
butterflies : 320
since here : 27/01/2018

[GIVE ME A MEMORY]
contact book:
availability: (close) my promises/ ben / gus
MessageSujet: [hockey rink/gus] musketeers evening   Lun 29 Jan - 22:31


( with/ @Gus Brekker )
Ne pas voir ses amis durant une semaine était un déchirement pour la jolie brune. Heureusement, ses deux meilleures amies habitaient à quelques mètres d'elle et elles ne passaient une journée sans s'avoir au téléphone ou même en visio. Mais pour ce qui est de son meilleur et plus vieil ami Gus, c'était différent. Surtout depuis que Khol était réticent à ce qu'elle l'appelle tout les jours. Après tout, Gus était son ami, mais c'était aussi et surtout un homme. Mais Gus était quand même le dernier mec sur terre envers qui son mari pouvait ressentir ne serait-ce qu'une once de jalousie. Ils étaient amis depuis toujours et jamais rien ne c'était passé entre eux. C'était inenvisageable. D'ailleurs, elle se demandait bien pourquoi elle n'était jamais tombée sous son charme. Parce que Gus est quand même un garçon adorable, intelligent, plein de surprises... et pourtant. Elle n'a jamais ressentie autre chose qu'une amitié inconstatable. Surement parce qu'elle le considérait comme son frère depuis toujours. S'imaginer en couple avec Gus, Beurk... C'était comme s'imaginer être en couple avec un membre de sa famille. En résumé, une horreur. Une voir deux semaines s'étaient passées sans que les deux amis ne se voient. Sauf en visio une fois par semaine, pour papoter et surtout pour voir son filleul, qu'elle considérait comme son fils. Normalement, Joan lui donnait des cours de piano une fois par semaine, mais cette semaine la demoiselle avait passée des journées entières à bosser et lorsqu'elle rentrait chez elle, elle essayait de profiter de la compagnie de son mari. Du moins, en ce moment, elle n'avait plus trop de compagnie puisse qu'ils ne se parlaient presque plus. A part pour se reprocher des choses. Cette soirée avec Gus tombait à pique. Il lui manquait énormément. Ce soir, un match de hockey allait se disputer au hockey rink et pour Gus et Joan c'était un bon moyen pour se retrouver devant une de leur activité favorite depuis des années. Elle était là, assise dans les tribunes depuis presque maintenant dix minutes, attendant son petit bouclé adoré. Le coup de sifflet annonçant le début du match n'allait pas tarder à retentir et toujours pas de Gus à l'horizon. Elle poussa un long soupire tout en regardant autour d'elle - Gus... toujours en retard... - elle jette un coup d'oeil au prompteur où l'heure était affichée... puis arqua un sourcil. - Le match ne t'attendra pas mon petit père. - marmona-t-elle avec un léger sourire mesquin accroché aux lèvres.

_________________


love is like the wind, you can't see it but you can feel it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gus Brekker
avatar
butterflies : 131
since here : 27/01/2018

[GIVE ME A MEMORY]
contact book:
availability: fr - open.
MessageSujet: Re: [hockey rink/gus] musketeers evening   Mer 31 Jan - 21:59


( with/ @joan sindhea )
La moue réservée de Paul laissait planait un bon nombre d'interrogations dans ton esprit. Une image qui te servait de compagne ennuyeuse, bien loin de la station radio qui passait des morceaux des années quatre-vingt alors que tu roulais en direction du stade de hockey. L'heure qu'affichait l'horloge numérique du véhicule te promettait une arrivée exacte, pas plus ni moins. L'habitude t'accordait toujours le crédit de la ponctualité mais tu doutais que cela soit le cas ce soir avec le fil de bouchon qui s'accumulait sur la route principale. Bloqué entre un poids lourd – transporteur de meules de fromage – et  un automobiliste qui écoutait la musique au délà des tympans, le temps te paraissait bien long. La journée en elle-même avait trainée en longueur. Tu l'avais vue défiler comme on voit les gouttelettes de pluie tomber sur les vitres. Cela avait d'abord commencer par une matinée réunion qui avait durée près de trois heure, tentant au passage de mettre plus d'une dizaine de personnes d'accord. Puis par une visite impromptue de ton ex-petite amie au bureau. Une arrivée remarqué, elle débarquait aussi fraiche qu'une fleur, le sourire aux lèvres à l'étage où tu bossais. Rien de bien surprenant jusque là, mais sa demande concernant le gamin avait été de taille. Alors oui, l'expression silencieux de môme ne cesse de te revenir en mémoire pour la simple et bonne raison qu'elle traduit une inquiétude. Le genre d'inquiétude qui fait naitre chez lui des angoisses intérieures, il n'avait aucunement besoin de cela en ce moment. Tu avais dans l'idée d'annuler ta soirée en compagnie de Joan mais cela faisait quelques semaines que vous ne vous étiez vus. Il était compliqué de pouvoir trouver un créneau suffisant – même entre midi et deux pour pouvoir avoir quelques nouvelles. Bien évidement, les nouvelles technologies fournissaient un matériel pour combler les conversations mais c'était différent. Votre amitié – aussi lointaine soit -elle – avait vue défiler bon nombre de souci, tellement que bien souvent vos proches s'imaginaient vous voir former un couple. Rien qu'à cette idée saugrenue, l'esquisse d'un rire narquois prend naissant à la commissure de tes lèvres. Joan était ta meilleure amie et pour l'un comme pour l'autre ; rien ne changerait. Tu la voyais déjà d'ici en train de ruminer parce que tu serais en retard, que le match ne viendrait pas à t'attendre. Tu secoues la tête, avançant au gré du rythme lent du chemin routier. Sur la route, ta sœur cadette en profite pour t'appeler en visio avec Paul qui tout sourire s'éclate devant l'écran télé. Une bonne trentaine de minutes et une place de parking plus tard, tu pénètres dans l'enceinte de la patinoire où la rencontre sportive accueille pour l'occasion. Les gradins sont pleins à craquer, d'où la philosophie endurante des supporters de la ville. Un peu plus tot, tu avais pu entendre le coup de sifflet faire l'écho du début du match. Un bref regard à ta montre te le confirme. D'un mouvement circulaire du balaye la partie gauche des sièges làoù devrait normalement se trouver ta camarade. Une tête brune coutumière, enroulée dans son écharpe à l'effigie de l'équipe locale et qui semble jurer entre ses dents. Pas de doute : Joan est là. Tu montes la rejoindre, t'asseyant à ses cotés comme si de rien été, le nez légèrement froid par le temps hivernal au dehors. – Le match ne m'a pas attendu mais toi si ma grande ! Lui dis-tu en passant un bras autour de ses épaules, heureux de voir ta meilleure amie de bonne humeur. Et oui, car lorsqu'on connait Joan il faut savoir que dès qu'elle vient à râler : elle se porte comme un charme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan Sindhea
avatar
butterflies : 320
since here : 27/01/2018

[GIVE ME A MEMORY]
contact book:
availability: (close) my promises/ ben / gus
MessageSujet: Re: [hockey rink/gus] musketeers evening   Jeu 1 Fév - 22:23


( with/ @Gus Brekker )
Alors qu'elle marmonnait doucement un brin agacée mais quand même assez amusée de pouvoir voir Gus dégoûté d'avoir raté le début du match, ce dernier arriva enfin et s’assit tout en l'entourant de son bras pour lui lancer une petite remarque. Si elle l'avait attendue elle ? Elle posa son regard interrogateur sur son meilleur ami et pouffa de rire - Tu crois vraiment que c'est toi que j'attendais ? Non... je comptais pas repartir sans avoir vu ce match. Rien à voir avec toi... et puis... - dit-elle tout en reniflant le col du polo de son ami - ... tu sens le parfum de femme. D’ailleurs ce parfum me rappelle étrangement celui que j'ai offert à Alba pour son anniversaire. - termine-t-elle avec une mine fière et espiègle. D'un air offusqué, elle retira le bras de son meilleur ami qui l'entourait et se recula de quelques centimètres - J'ha-lu-cine! T'es en retard parce que t'as été voir ma blonde ? Non mais vous avez pas fini tout les deux de faire les cachottiers ? - Encore une fois, Joan se faisait des idées, mais effectivement, il sentait le parfum de sa meilleure amie. Suspect tout de même. Et puis, si c'était vraiment le cas, elle ne serait fortement déçue. Depuis le temps qu'elle veut les voir ensemble... si jamais il se passait réellement quelque chose et qu'elle n'en serait pas au courant, effectivement, elle serait bien en colère contre ses deux amis. A peine eut-il le temps d'ouvrir la bouche, elle lui lança un regard plus qu'assassin, lui faisant comprendre que quoi qu'il pourrait dire, elle ne le prendrait pas en compte. Le début du match commence et ça les sauvent autant à l'un qu'à l'autre. Elle se lève et suit la foule en applaudissant tout en jetant des regards à Gus. Puis, elle lui lance - Heureuse de t'avoir revu. - ce qui signifie qu'à partir de ce début de match, elle ne lui adresserait plus la parole. Enfin, Gus la connaissait surement très bien pour savoir qu'elle ne pourrait pas s'empêcher de commenter avec lui durant le match. Des paroles en l'air, comme toujours quand elle essaye de lui faire croire qu'elle lui fait la tête.

_________________


love is like the wind, you can't see it but you can feel it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gus Brekker
avatar
butterflies : 131
since here : 27/01/2018

[GIVE ME A MEMORY]
contact book:
availability: fr - open.
MessageSujet: Re: [hockey rink/gus] musketeers evening   Dim 4 Fév - 12:10


( with/ @joan sindhea )
De tout temps, Joan et toi aviez formés un binôme paré d'un étendard à toute épreuve. Ce dernier drapeau exprimait les couleurs d'une amitié peu coutumière, de celles qui sortent de l'ordinaire sans jamais avoir besoin de l'abreuver. Une plante à besoin d'eau mais votre lien de toujours s'en passe. L'ambiguïté n'a jamais eue sa place entre vous et cela vos proches l'ont tout de suite compris au fil du temps. Ainée de par sa date de naissance, elle était avant tout la plus insouciantes des deux là où tu avais toujours eu tendance à être nettement plus tempéré. L'un comme l'autre vous définissiez plutôt bien l'équilibre entre le yin et le yang. Alors tu n'es pas le moins du monde surpris lorsqu'elle fait mine de celle qui ne t'a pas attendue et encore mois lorsqu'elle rebondit sur l'idée que la senteur d'un parfum pour femme vient chatouiller ses narines. Pas de doute, la jeune brune a encore l'esprit focalisé sur sa propre meilleure amie. La notion du couple Albus est pour elle l'évidence maitresse à laquelle vous êtes tous les deux aveugles mais surtout sourd. Même l'appellation de votre relation – à l'image des clichés d'aujourd'hui – sonne de manière ridiculement amusante. Elle retire ton bras de son épaule et tu la considères d'un regard clairement  moqueur et tu ne t'en caches même pas. –  Tu vas toujours trop vite en besogne Jo. Commences-tu en ricanant tout en portant ton attention en direction de la patinoire. – Il me semble que là dessus tu serais la première au courant, on pourrait même dire que tes efforts auraient craquer leur slip comme tu dis si bien. Mais je te le confirme tu hallucine complètement car si tu sais que ta blonde est une tornade. Même un courant d'air est plus lent. Tu secoues la tête amusé par cette constatation qui décline plutôt bien la description de la Rizzo. Pour autant, tu aurais préféré de loin croiser la route d'une certaine italienne plutôt que celle qui avait écrasé d'un revers de talon et d'une toge d'avocat un passé commun. Joan connaissait sans le moindre doute le récit de ta liaison avec la mère de son filleul, on pouvait même dire qu'elle ne la portait guère dans son cœur. La fragrance qu'elle avait humée un peu plus tôt sur le vêtement en laine n'était ni plus ni moins qu'une senteur du souvenir appartenant à Haley. Cette dernière c'était pointé à la maison d'édition en plein courant de la l'après-midi pour une visite impromptue en espérant que tu la reçoives tout sourire. Bien évidement, vous aviez conservés d'excellents rapports avant tout pour votre fils mais surtout par respect mutuel. Néanmoins son retour prématuré avait le don d'éveiller ta prudence et ce sur une pente on ne peut plus raide. Lorsqu'elle était entrée dans ton atelier à maison d'édition, son allure ne trompait aucunement l'ambition et la finesse de son talent oratoire. Elle était venue ici avec l'attention d'ouvrir une discussion bien posé, définie. Seulement, elle avait mal choisi son moment, la journée était plus que chargée ce jour là. – Crois moi j'aurai de loin préféré jouer les cachotier avec ton amie mais c'est pas le cas.  Ton timbre de voix se joue d'un masque d'ironie mais la pâleur de la froideur est aussi de mise. Seuls, ceux ayant pleinement conscience de ton tempérament pourrait le noter ou même le percevoir.  La foule debout dans les gradins t'observent comme un seul homme, toi le seul encore assis. Pour une fois, les gradins de Star Hollow auront de quoi s'interroger durant la pause. Le signe de la main qui accompagne ses paroles est clair : le match débute silence complet. Au bout de quelques minutes, tu peux sentir le regard imposant de ta meilleure amie te toiser alors que tu regardes la rencontre va en votre faveur pour l'instant.  – Qu'est-ce qu'il y a, tu te poses des questions ? Il me semble que tu as horreur de parler durant les matchs, hm ? Un rire prend naissance aux coins de tes lèvres alors que tu reportes ton attention sur la piste. Joan était une véritable bavarde dans l'âme et sa curiosité dépassé souvent ses pensées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan Sindhea
avatar
butterflies : 320
since here : 27/01/2018

[GIVE ME A MEMORY]
contact book:
availability: (close) my promises/ ben / gus
MessageSujet: Re: [hockey rink/gus] musketeers evening   Lun 5 Fév - 21:50


( with/ @Gus Brekker )
Joan faisait mine de s’intéresser au match plutôt qu'aux dires de son meilleur ami. Mais en réalité, elle se posait dix milles questions. Depuis toujours elle était persuadée que ses deux amis allaient finir ensemble. Du moins, si rien ne s'était passé... elle ne savait peut-être pas tout. Ces temps-ci, elle savait bien qu'ils se voyaient plus souvent qu'avant. Pour la moto de Gus d'après Alba. Rien qu'en y pensant, elle léger sourire se dessina sur ses lèvres. Mais biensur. On y croit tous. Elle arqua un sourcil, se faisant son monologue dans sa petite tête de déglinguée comme le dit souvent Alba. Déglinguée peut-être, mais le jour où il se passera quelque chose entre les deux, ils auront intérêt de se mettre à l'abri. D'ailleurs, ils le savent, elle ne s'en est jamais cachée. Mais lorsque Gus lui avoue qu'il aurait aimé que ce soit le cas, sans bouger la tête, ses pupilles se dirigèrent vers ce dernier d'un air interrogateur, sans forcement lui montrer. Il était clair que quelque chose c'était passé aujourd'hui. Il avait peut-être envie de lui en parler, mais peut-être pas maintenant. D'une parce que le match battait de son plein et de deux parce qu'en même pas deux minutes elle avait été assez relou pour qu'il ne parle pas de ses problèmes maintenant. Joan était tellement insistante dans son regard, qu'il le devina assez vite. Il avait bien remarqué qu'elle voulait en savoir plus. Joan quoi... Il s'en était fortement amusé d'ailleurs. Cette remarque lui arracha une grimace.... elle essayait de tenir bond, mais en vain... d'un air pressé elle lui agrippa l'avant bras et se rapprocha de lui au plus près pour ne déranger personne et surtout, pour bien l'entendre - C'est bon, je suis plus fâchée. Il t'es arrivé quoi au juste ? -

_________________


love is like the wind, you can't see it but you can feel it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [hockey rink/gus] musketeers evening   

Revenir en haut Aller en bas
 

[hockey rink/gus] musketeers evening

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: STARS HOLLOW :: reaken park road-